Car si finalement j'occulte cette épuisante privation de sommeil profond et serein qu'implique ma condition de mère de 2 petites filles de 3 ans et 1 ans, quel bonheur j'ai de les regarder grandir. L'année qui vient de s'écouler depuis la naissance de notre dernière fille fut la plus éprouvante physiquement et nerveusement de ma vie, de notre vie. L'Elegant et moi n'avons nous semble t il pas poser un pied par terre. Entre le travail, la privation de sommeil, le rythme dingue et incessant qu'impose deux si petits enfants, c'est juste la folie. Gérer la crise des 2 ans, les coliques des premiers mois, l'acquisition de la propreté, les maladies de l'hiver, la jalousie de la grande qui demande les bras pour se rassurer qu'elle a toujours sa place et le besoin des bras du bébé pour s'assurer qu'elle a vraiment sa place... pas le temps de manger un repas complet, pas le temps de ranger, vivre dans un  bordel continuel où faire le ménage revient à vouloir se brosser les dents en mangeant du Nutella... Ne plus voir personne car pas le temps et pas l'énergie, pas de moments à 2 jamais... les disputes qui naturellement arrivent, la culpabilité de croire qu'on est à la hauteur de plus grand chose...

Un tableau pas très joyeux mais il faut bien avouer que je ne voudrais revivre ses derniers mois pour rien au monde. Ou alors ne garder que les moments lumineux qu'on parvient à attraper si nos yeux ne sont pas trop cernés ... Pourtant lorsque je regarde les photos prises au cours de cette année, je ne perçois rien de cet épuisement général.  Je vois au contraire beaucoup de sourires, de mines lumineuses. Lorsque je regarde les photos, me reviennent alors les petits bonheurs cachés derrière nos plaintes de parents débordés.  Mais si nous avons été heureux souviens toi, regarde... Finalement,  cette première année c'est comme les douleurs de l'accouchement, on oublie, on ne se souvient que du plus beau.

Bien sûr que nous avons été heureux. Et nous le sommes d'autant plus aujourd'hui qu'à présent que ce cap difficile de la première année avec 2 enfants de 2 ans et un tout petit bébé nous l'avons franchi , enfin! 

Badinette vient d'entrer à l'école et Badinenette marche à quatre pattes. Elles jouent l'une à côté de l'autre ou parfois ensemble. Une vraie complicité nait entre elles, faite de tendresse et de baffes . Parce que ça va de pair... On ne pensait pas qu'on aurait des filles aussi sympa et si drôles... On revit depuis quelques semaines. On dort déjà. .. et ça,  ça change la vie. 

La vie est belle. Oui oui