Voilà, ma demande de congé parental sans rémunération a été acceptée. Si je le souhaite pendant 3 ans. Je réintegrerai mon poste à l'issu de ce congé. Entre temps, je ferai valider mon master avec une VAE (Validation acquis expérience), mon dossier avait été jugé recevable en mai, avant que je ne prenne la mauvaise décision de juger plus "enrichissante" la perpective de retourner sur les bancs de la fac... Allons allons, ne pas retourner le couteau dans la plaie. Tout est bien qui finit bien... Nous avons cette chance materielle depuis 1 an de pouvoir vivre sans mon salaire. Nous saisissons cette chance pour le bien de tous. Nous respirons. Moi je suis détendue. La perspective de demissionner m'avait fait frôler la depression car vraiment il ne s'agissait pas d'une démission, du sacrifice de ma vie professionnelle et de l'abnégation d'une mère et d'une compagne pour le bien de mes enfants et de mon homme. Non, il s'agissait d'une vie qui n'était plus acceptable pour notre famille. Me dire que je suis en congé sans solde pour élever mes enfants, c'est la vraie raison de cette pause professionnelle. Je ne le vis aucunement comme un sacrifice car de toute façon, nous n'avions pas le choix.

Badineuse va bien, on a retrouvé notre grande fille enjouée et enthousiaste. Quand j'y pense, c'était l'enfer. Des crises de colère pour tout, de l'agressivité... La pauvre bichette, j'ai si souvent perdu patience en lui criant dessus... Nous ne la reconnaissions pas. Elle a tiré la sonnette d'alarme. J'étais à 2 doigts de consulter un psy pour son opposition agressive permanente. Tout est rentré dans l'ordre. Alors certains penserons peut être que c'est les enfants qui mène les parents à la baguette, et bien on va dire que dans ce cas précis, oui ce sont mes enfants qui priment. Nous avons retrouvé la douceur de vivre d'avant. Et pouvoir les conduire à l'école dans le calme, les chercher à 16h15 tous les jours, prendre le temps d'être vraiment avec elles, leur preparer de vrais repas, être suffisament détendue pour réagir au mieux à leur "petites folie d'enfants épuisantes", c'est à dire sans crier, menacer, faire du chantage, ça change tout. L'Elégant lui aussi est détendu et moi et bien je suis heureuse de cette petite parenthèse. Je sens combien j'aspirai à cela. Envie de prendre le temps et de bichonner cette petite famille. Si je reprends le travail dans 3 ans, elles auront 5 ans et demi et 7 ans et demi. Peut être reprendrai je avant mais quitte à prendre ce congé, autant le prendre jusqu'au bout je pense.

Alors oui, je vais aussi prendre soin de moi. Et de mon couple.

Je mesure la chance qu'une telle décision puisse être prise sans dommage. Je ressens un nouveau souffle.