... au bout de quelques minutes, heure, je ne sais, je retrouve notre voiture. Mon coeur explose. Je l'ouvre et me couvre chaudement. Le brouillard est dissipé à présent. Je ne me souviens pas de l'heure à laquelle je l'ai retrouvée. Je ne sais même pas si cette information avait alors beaucoup d'importance pour moi. Ce que je cherche c'est mon portable mais la batterie s'est déchargée. Je mets le contact et tente de me rechauffer. Ca ne fonctionne pas bien. Après m'être dit qu'il me serait trop dangereux de reprendre la voiture de nuit sur un chemin si pentu, accidenté, au bord du vide à certains endroits, je me décide finalement à reprendre la route. Pour trouver quelqu'un et partir à la recherche de mon compagnon de route.

Avant de partir, je dépose par terre, à l'endroit où stationne le véhicule, un manteau, de l'eau et un reste de paquet de gâteaux. Et un petit mot rassurant. Dans le cas où mon ami passe par là, on ne sait jamais.

Je suis une très bonne conductrice. Mais pas sur ce terrain parsemé de cailloux. Je me sens crispée. A quelques metres devant moi, un virage, au bord duquel le vide... Je démarre la voiture et évidement, la fatigue, le stress et la panique me font faire la pire de chose. La pente est forte. La voiture commence à avancer et naturellement elle dérape sur les cailloux. Et évidement je perds le contrôle et malheureusement, je freine. Et la voiture dérape de plus belle. Panique. Je vois le virage se rapprocher et par je ne sais quel miracle elle se tourne sur le côté et s'arrête. Juste au bord du vide. Je n'ai plus de jambe, je sors à toute vitesse et je pleure de peur.